mercredi 16 mai 2018

Pezzetino


©L’École des loisirs
Pezzettino, Leo Lionni, L’École des loisirs, 26 août 2015, 40 p., 9782211224789

La petite histoire

Pezzettino ne sait pas qui il est, il pense être le petit bout de quelqu'un. Il interroge tous ses amis et les êtres vivants autour de lui. Ce voyage va lui permettre de comprendre qui il est vraiment.
©Leo Lionni
 
Ce que je retiens de cet album...

Un joli album sur l'identité, la confiance en soi et l'acceptation de soi
Leo Lionni avec subtilité amène le petit lecteur à se construire, à réfléchir comme souvent dans ses albums.

Il utilise toujours une technique de collage, favorise les couleurs et ici ajoute une technique de marbling pour représenter les rochers (le sol) ou la mer sur un fond blanc qui contraste pour bien faire ressortir les éléments et les personnages très simplistes
 
©Leo Lionni

Il opte ici pour des morceaux telles des tesselles de mosaïque pour construire ses personnages très symboliques. L'enfant pourra deviner une girafe, un éléphant, un poisson un oiseau.

Une histoire universelle et tout à la fois, à l'écoute et à la portée des jeunes lecteurs.
©Leo Lionni
 

dimanche 13 mai 2018

Pat


©Albin Michel jeunesse
 ❤❤❤

Pat, Antonin Louchard, Albin Michel jeunesse (Zéphyr), septembre 1999, 24 p., 9782226101495
 La petite histoire

 C'est la rencontre assez banale de deux poissons qui vont avoir une famille mais Pat, un des enfants, a une particularité : il a des pattes. Cette différence va l'exclure des jeux et de ses semblables. Il va alors partir...

©Antonin Louchard
 Ce que je retiens de cet album...

C'est un petit album très coloré à lire à plusieurs niveaux : pour les plus petits : il parle de la différence et de la tolérance ; pour les plus grands, de l'évolution des espèces et de façon plus philosophique, de l'adaptation au monde
C'est un message plutôt optimiste : sur la nécessaire diversité.  
Un message simple et efficace. 

©Antonin Louchard

©Antonin Louchard

Même les tigres dorment

©Circonflexe

Même les tigres dorment, Mary Logue, Pamela Zagarenski, Circonflexe (Albums), mars 2013, 40 p., 9782878336593

La petite histoire

 Nous suivons le coucher d'une petite fille qui a du mal à s'endormir et dont les parents avec patience accompagnent dans ce rituel essentiel.

 Les autrices

Ces deux autrices sont américaines. Dans la littérature enfantine, c'est le seul titre traduit en France, à ma connaissance de cette auteure. 

Pour l'illustratrice, il en est autrement : Pamela Zagarenski a déjà proposé un univers foisonnant et des albums de qualité dont voici quelques exemples. 

©Circonflexe

L'objet-livre

Magnifiques illustrations truffées de détails qui permettent plusieurs lectures, un mille-feuilles de découvertes. 

©Pamela Zagarenski

 Ce travail des illustrations avec des collages,  des techniques de peintures particulières ajoutent de la féérie au quotidien d'une petite fille. Les parents avec leurs couronnes de papier deviennent roi et reine et la petite fille, une princesse.

©Pamela Zagarenski

L'on participe à un voyage qui part du familier pour aller vers l'exotique (du chien et du chat pour aller côtoyer l'ours dormeur et le tigre majestueux. 

©Pamela Zagarenski

©Pamela Zagarenski

 L'univers créé est presque baroque, un fouillis d'objets, de textures et de motifs et rappelle l'enfance avec les jouets fantaisistes.

©Pamela Zagarenski

©Pamela Zagarenski

 Nous sommes d'emblée plongés dans un conte "Il était une fois".

©Pamela Zagarenski

Les autrices excellent à rendre le quotidien merveilleux.

J'aime la référence explicite au Petit Prince, présent sous la orme du livre sur plusieurs pages de l'album.   

©Pamela Zagarenski

 

Ce que je retiens de cet album...

Un album onirique, une invitation au sommeil très poétique où les animaux évoqués apportent une douceur, un rituel pour l'endormissement.

©Pamela Zagarenski

 

Jack O'Lantern, tome 1 : cauchemars

©Voy'el
Jack O'Lantern, tome 1 : cauchemars, Sophie Fischer, Voy'el, octobre 2017, 270 p.,9782364753990


La petite histoire


Niamh O’Bannon, jeune fille de seize ans, vient de sortir d'une période de sa vie très difficile, sous calmants et somnifères. Grâce à sa rencontre avec une nouvelle psychiatre, elle va expérimenter un petit boulot d'assistante pour un médium
Car, Niamh a un don particulier, elle voit les fantômes. Un travail qui va lui permettre de s'épanouir au manoir de High Creek aux côtés de Ian, M.Mardling et... Jack O'Lantern.

 " Ses iris flavescents envahirent son espace. La pression de ses doigts sur son cou se fit plus insistante, mais l'hypnose la troublait tant qu'elle ne parvenait pas à y échapper. Tu es si belle quand tu es morte ! "
Le contexte de lecture

Un ebook reçu grâce à Livraddict et le partenariat avec les éditions Voy'el.  J'ai souhaité ce partenariat pour la thématique de l'histoire et le lectorat visé : un roman de littérature de l'imaginaire et pour un public adolescent. 


Merci à la maison d'édition pour cette lecture.

Cet ebook répond au challenge LGBT+ 

 
 L'autrice

Sophie Fischer est une autrice francophone de littérature de l'imaginaire dont voici quelques ouvrages (romans et nouvelles). 
©Voy'el/ ©Walrus
 Suivre son actualité sur son site officiel :
 
 L'intrigue et les personnages

Une histoire qui nous place d'emblée dans le monde du paranormal avec le personnage principal, Niamh, qui ne sait pas si ce qu'elle voit est réel ou hallucinatoire. Très vite, l'histoire bascule dans le fantastique et nous découvrons, un médium expérimenté, des esprits frappeurs et Jack O'Lantern.

Malgré quelques coquilles (notamment des petits mots manquants), la lecture est très fluide, les chapitres courts s'enchaînent aisément.

Une ambiance de contes intrigants baignent les nuits de Nimh entre Hansel et Gretel, Barbe Bleue, Alice aux pays des Merveilles, une forêt vivante et la découverte d'un univers entre rêve et cauchemar Halloween

 "La lune en croissant brillait au-dessus d’eux, comme si le chat du Cheshire observait leur progression, hilare."

L'autrice mêle subtilement à ce monde fantastique une enquête policière bien menée, même si j'ai découvert le fin mot avant le dévoilement. C'est très agréable de voir Niamh le personnage principal prendre petit à petit confiance en elle

Parlons donc des personnages.

 Niamh est une héroïne qui des doutes passe à une détermination farouche. Elle s'ouvre également au monde connaissant enfin l'amitié et de l'amour ? 

Ian est un garçon au passé encore trouble, mais qui va témoigner une amitié spontanée à Niamh. Un brin fantaisiste, il est le plus humain du trio de High Creek et amoureux de son patron. 

M. Mardling ou Monsieur Mu est très énigmatique et sa véritable nature semble nous échapper dans ce premier tome. Il a un charme inné et un flegme de façade. Sa relation phobique au contact est intrigante. 

Reste un dernier personnage et pas des moindres, c'est bien entendu Jack et son acolyte indissociable la citrouille Will O'Wisp. Jack est à la fois répugnant et envoûtant. 

" Joli petit bonbon !"

Cette répulsion-attirance met mal à l'aise Niamh. Leur relation évolue de façon significative tout au long du roman. Le prochain tome nous permettra sans doute dans découvrir davantage.
Ce que je retiens de ce roman...

  Cette enquête, dans une ambiance fantastique, est rondement menée et les personnages sont attachants

Un roman idéal pour Halloween sans grand frisson, c'est totalement du creepy, spooky halloween avec une pointe de Tim Burton en moins déjanté cependant. 

Niamh, nous entraîne dans une enquête empreinte de paranormal où l'on découvre une brochette de personnages déjantés sous fond sonore d'ABBA et avec un goût de guimauve grillée.  

 "Devant eux, une colline ronde comme un ballon s’élançait sans motivation vers le ciel."

C'est original et la suite se dégustera comme un bon bonbon acidulé.

Je le recommande pour un bon moment de lecture aux amateurs de L'Etrange Noël de Monsieur Jack.
 
 

vendredi 11 mai 2018

Le Journal de mon père


©Casterman

 ❤❤❤❤❤
Le Journal de mon père, Jirô Taniguchi, Casterman (écritures), mars 2004, 274 p., 9782203396098
La petite histoire

Yoishi fait un retour aux sources à Totorri à la mort de son père, un père avec il a rompu depuis longtemps la communication pour des raisons qu'il va découvrir non fondées lors de la veillée funèbre. 

L'auteur

 Jirô Taniguchi est un mangaka reconnu en Europe. Il est décédé l'année dernière et laisse une œuvre
 dense. 
©La Charente Libre

Voici un choix de quelques mangas réalisés avec brio.
©Casterman
 
L'intrigue

 Yoishi se rémémore ses souvenirs d'enfance à la mort de son père. Il reconstitue, grâce à ses proches, le puzzle de son passé, le divorce de ses parents, véritable rupture psychologique pour Yoishi. 
©Jirô Taniguchi
 Les différents souvenirs permettent à Yoishi de reconstruire la vérité qu'il s'était cachée et le sacrifice silencieux de son père aimant. 
Le passage de la découverte de sa mère avec un nouvel enfant concrétise son mal-être et sa sensation d'abandon. 
©Jirô Taniguchi

Cette fêlure a rendu Yoishi très distant avec son père et même sa sœur. Il s'isole d'abord dans le sport, puis dans les études puis son travail.  
Il faut le rituel du deuil, pour que Yoishi se reconstruise et découvre une certaine sérénité. 

L'évocation de Totorri, la ville natale de Yoishi mais aussi du mangaka Jirô Taniguchi est empreinte de nostalgie et de tendresse. 

©Jirô Taniguchi

Ce que je retiens de ce lire...

Un manga très sensible. Une tranche de vie qui retrace un événement important dans la vie d'une personne la perte d'un être cher et le deuil. J'aime la façon très douce, étape par étape, que le mangaka nous dévoile. Nous cheminons vers la vérité au même rythme que le personnage principal. 
Le ton est juste. J'aime voir Yoishi s'ouvrir et atteindre une certaine sérénité.  
©Jirô Taniguchi
 



Pezzetino

©L’École des loisirs Pezzettino , Leo Lionni, L’École des loisirs, 26 août 2015, 40 p., 9782211224789 La petite histoire Pezzett...